Le Fau

(Favo, 998; Faus, 1174) latin: fagus; occitan: fau, hêtre.
Commune de Montauban

Le nom de cette paroisse semblerait indiquer qu'il y avait là, autrefois une forêt de hêtre. Elle est mentionnée aux 10e et 11e vue lointaine de l'église siècles comme étant une possession de l'abbaye de Montauriol qui l'avait sans doute fondée. Celle-ci exerçait le droit de patronage. Les évêques de Montauban succédèrent aux abbés; aux 17e et 18e siècles ils étaient les collaborateurs directs du bénéfice et percevaient les revenus.

La Réforme y fit de nombreux adeptes comme dans tout le Montalbanais. En 1834 il y avait plus de vue rapprochée de l'église protestants que de catholiques. On compte encore une communauté protestante avec temple et cimetière. Le curé se plaignait au milieu du siècle dernier d'avoir une population flottante et une paroisse très dispersée. L'abbé Dumayne, dernier curé résident, s'est retiré à Montbeton en 1935. Il y a eu jusqu'à une époque assez récente une école libre de filles.

L'église dédiée à la Nativité de Notre Dame, fut ruinée par les Calvinistes en 1561 et rebâtie en 1647, fort modestement d'ailleurs, en terre battue pour une grande partie. Au milieu du 19e siècle,

le sol fut exhaussé, les murs surélevés, l'édifice agrandi par la construction de deux chapelles latérales, et l'allongement de la nef vers l'ouest avec reconstruction de la façade et du clocher (1840 - 1855).

C'est une salle rectangulaire couverte d'un lambris.

Le presbytère s'adosse au mur plat du chevet. Le clocher est une tour amortie par un toit à double versant.

Notre Dame Le mobilier conserve un calice en argent, de la fin du 17e siècle; un ornement en soie multicolore, du 17e s.; six chandeliers en cuivre à pied triangulaire, du 18e s.; la croix d'autel est une ancienne croix de procession du 17e s. avec des fleurons ornés de têtes d'anges.

Cette église a été restaurée  en 1954 dans un goùt moderne qui ne fut pas trop bien accepté par la population. Elle a reçu alors des vitraux non figuratifs, oeuvre de Clerc-Roques (+ 1977), un chemin de Croix en céramique, un nouveau baptistère avec une cuve en forme de piscine, et une grande fresque de Saint-Paul-Sicre occupant tout le chevet et illustrant des scènes de la vie de la Vierge.



Plus de détails

D'après "Dictionnaire des paroisses du diocèse de Montauban de P. Gayne.
Edité par l'association MONTMURAT-MONTAURIOL - 1978

Crèdit Photos: Christian Marty

Accueil